Pour la Vérité & Justice (campagne)

Posted: 26th April 2014 by Hasni in Mouvement du 13 mars

Vérité & Justice

TANT qu’on n’aura pas rendu justice aux victimes de la répression lors de tous les soulèvements populaires, notamment ceux du Bassin minier et ceux qui ont débuté en décembre 2010, et tant que ces victimes n’auront pas été reconnues, en tant que telles, dans les faits et dans les textes,

TANT que ces personnes qui ont, dans un élan sans précédent, affronté et combattu la répression et les balles pour faire fuir Ben Ali, sa mafia et le RCD, ne seront pas solennellement proclamées fer de lance de la révolution historique, souffle d’espoir pour l’humanité toute entière,

NOUS serons nombreux-ses à nous mobiliser pour défendre leur droit, notre droit, à la vérité et à la justice.

PARCE QUE nous considérons que ceux qui ont osé défier l’appareil répressif du régime de Ben Ali, en s’attaquant notamment à des postes de police durant les événements de la révolution, sont des révolutionnaires qui ont défendu une cause juste en usant d’une violence légitime, fondée et inévitable,

PARCE QUE tant que la justice n’est pas rendue et que la reconnaissance par l’Etat n’est pas obtenue, jamais l’unité nationale n’aura de sens et jamais nos libertés si chèrement payées n’auront de valeur,

PARCE QUE la situation politique actuelle se caractérise par une offensive générale orchestrée contre la révolution, offensive qui use de calomnies contre les martyrs, les blessés, leurs familles, ceux qui les soutiennent, en premier lieu leurs avocats et, d’une manière générale, les révolutionnaires, comme en témoignent les plaidoyers, sur les plateaux de télévision et dans les médias en général, en faveur de Ben Ali et de son système mafieux, tout comme la libération obscène de la parole de ceux qui, pour soutenir les bourreaux et les responsables de la répression, utilisent tous les moyens pour discréditer les martyrs, réécrire l’histoire et pour, in fine, faire de la révolution une simple rumeur,

PARCE QUE nous considérons que les familles des martyrs, blessés, et de manière générale tous les jeunes qui ont contribué à la révolution, sont en train d’être injustement réprimés et inculpés pour avoir osé dessiner les contours de nos droits et de nos libertés,

PARCE QUE nous demeurons convaincu-e-s que seule la mobilisation populaire, comme elle l’a maintes fois démontré, permet par son ampleur et la force de ses revendications d’infléchir les décisions politiques,

PARCE QUE, tout comme la majorité des nos concitoyen-ne-s, nous n’avons aucunement confiance dans le système judiciaire qui malgré tous les appels de plusieurs catégories de la société n’a pas été épuré,

PARCE QUE, tant que ce système est aux ordres comme il l’a encore démontré, notamment à travers les procès de jeunes artistes, de journalistes après le départ de Ben Ali, et surtout dans les procès des accusés de tueries et de blessures infligées à des milliers de Tunisien-ne-s, nous n’aurons pas confiance en lui,

PARCE QUE, depuis le 14 janvier, tous les gouvernements « provisoires » successifs ont intentionnellement enterré les dossiers de la justice transitionnelle au profit de calculs politiciens, tout en criminalisant ceux qui se battaient pour un Etat libre et juste, comme ceux qui luttaient pour la justice sociale et la reconnaissance du lourd tribut payé par les classes populaires dans le processus de libération de la Tunisie,

PARCE QUE, plus de trois ans après la fuite du dictateur, la justice militaire est, à juste titre, soupçonnée de partialité. Le déroulement des procès devant les tribunaux militaires a confirmé l’absence de volonté d’établir la vérité, notamment par le fait qu’ils se soient contentés de statuer sur la base de dossiers ouvertement expurgés par les fonctionnaires solidaires et complices des inculpés,

PARCE QUE nous sommes fiers des sacrifices de nos martyrs et de nos blessés, et prêts à continuer sur le chemin qu’ils ont tracé pour nous,

PARCE QU’il est de notre devoir d’œuvrer à la conservation de la mémoire collective afin d’écrire correctement l’Histoire, Notre Histoire, celle qui sera transmise aux générations futures et que nous tenons à ce que cette Histoire soit fidèle à la réalité… à la Révolution,

NOUS, signataires de ce manifeste, déclarons notre rejet du fait accompli et notre ferme résolution à défendre, aux côtés de celles et ceux qui luttent depuis longtemps, l’avenir que nous avons rêvé pour notre pays. Nous sommes particulièrement solidaires de l’appel lancé par un groupe de jeunes à travers la campagne de défi à l’égard de la justice et de la police ‫#‏حتى_أنا_حرقت_مركز_البوليس‬;

NOUS exigeons que soient appliquées, immédiatement, les dispositions de la loi sur la justice transitionnelle dont dépend l’établissement de la vérité et de la justice ; condition sine qua non pour mettre fin à toute tentative de restaurer la dictature,

NOUS demandons à ce que soient prises en considération les revendications des familles des martyrs et des blessés d’être représentées au sein de la Commission de la Vérité et de la Dignité,

NOUS exigeons l’arrêt immédiat des procès contre les révolutionnaires et la libération immédiate de tous ceux qui ont été mis aux arrêts,

NOUS appelons toutes les Tunisiennes et Tunisiens à la mobilisation pour que la justice transitionnelle soit appliquée, qui aura à connaître de toutes les répressions, de tous les crimes et délits que le régime a commis depuis 1955 et sur lesquelles il s’est bâti,

NON, la révolution ne deviendra pas une rumeur.

 

Vous pouvez envoyer votre signature à : campagne.justice@gmail.com
http://lady-justy.blogspot.com/2014/04/pour-la-verite-et-la-justice.html

You must be logged in to post a comment.